Oui à ma vie avec les renoncements nécessaires!

Il y a plusieurs années, j’ai été captivée par un livre : « Les renoncements nécessaires » de Judith Viorst. Depuis cette lecture, le thème du renoncement danse dans mon esprit en aiguillant mon observation.

D’entrée de jeu, ce qui me frappe, c’est l’espèce de tabou autour du « non ». Même le mot renoncement a mauvaise presse. Il comporte un « non ». On préfère plutôt parler de lâcher prise, d’assumer les conséquences de ses choix ou d’accepter les dures réalités de la vie.

J’espère contribuer un peu à réhabiliter le « non ». Je commencerai en partageant des moments où j’ai eu à dire non à moi-même, puis ma difficulté à dire non aux autres. Ensuite, j’éclairerai le sens de mes renoncements. Je terminerai en vous partageant quelques situations difficiles pour moi et ce qui m’aide à renoncer, ainsi que les profits retirés.

Dire non à moi-même

Comme tout le monde, je suis confrontée au Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La communication verbale dans le couple! Quelles sont les meilleures options?

Dès le début de cette aventure qu’est la vie à deux, en participant à la formation « Nous aimer, c’est quoi? », j’ai été touchée par la distinction que l’école de formation PRH fait entre le lien et la relation de couple. Nous pouvons lire dans le livre La personne et sa croissance : « Il importe de distinguer deux réalités qui sont en continuelle interaction entre les partenaires d’un couple : le lien qui les unit de fond et la relation qu’ils vivent entre eux. »1 Ce fondement m’a toujours guidée par la suite dans ma vie de couple, dans les moments heureux, les traversées parfois périlleuses, comme dans l’accompagnement PRH  que j’apporte aux personnes vivant en couple.

Individuellement, chaque partenaire est autonome. Il possède en son identité d’homme ou de femme des traits uniques que casse-têtesont ses qualités, ses valeurs profondes, ses talents qu’il actualise dans des engagements, des actions, des intérêts, des relations. Ce que l’on appelle « le lien », je le représente comme l’union de deux pièces de casse-tête qui se complètent et se ressemblent. Une partie du potentiel de l’un est liée au potentiel Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn