Passer de la lumière féérique à la lumière discrète des profondeurs

Lumières féériquesEn ce temps des fêtes où nous vivons les jours les plus courts en lumière naturelle, voilà que perce partout dans nos villes et villages une abondance de lumières. C’est féérique à certains endroits! Nous avons besoin de lumière, lumière pour nos déplacements, pour notre sécurité. Pensons à nos lumières de rues pour notre protection et, ces temps-ci, lumières de la fête. Ce sont des lumières en dehors de nous répondant à nos différents besoins.

Il y a toutes sortes de lumières

Certaines lumières sont apparentes extérieurement, d’autres ne le sont pas, mais leur présence n’en est pas moins réelle.

Ma nièce de 30 ans devenait aveugle et me disait : « Ma tante, je ne veux pas perdre le petit filet de lumière qu’il me reste. Je ne veux pas rester dans la noirceur! » C’était en juillet. En août, le petit filet de lumière s’est éteint. Quelque temps après, la lumière de ses profondeurs apparut toute discrète au fond d’elle-même, l’enveloppant petit à petit et l’apprivoisant à ses ténèbres intérieures. Elle a fait l’expérience d’une autre sorte de lumière, celle qui l’habite au cœur d’elle-même. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le bonheur de conduire sa vie

Pour mon troisième article sur le blogue PRH-Québec-Canada, je vous partage ma rencontre avec Pierre Bolduc, un agriculteur passionné de production laitière biologique. Au fil des propos de Pierre, je vous parle aussi de mon regard professionnel de formatrice PRH.

J’ai découvert un homme libre; un homme faisant des choix qui lui permettent de vivre pleinement les différents aspects de sa personnalité : un chercheur, un innovateur, un observateur de la nature, un passionné, un audacieux, un tenace…

Pierre nomme les étapes qui l’ont conduit vers l’autonomie. Après ses études à l’école d’agriculture et quelques années en production laitière conventionnelle, ont surgi les remises en question sur les méthodes agricoles qu’il utilisait. Il vivait des insatisfactions jusqu’à ce qu’il trouve un modèle de ferme correspondant à ses aspirations profondes.

Ferme La Station

La ferme et la Fromagerie La Station situées à Compton en Estrie.

« Il y a 19 ans que nous avons commencé la transition vers le biologique sur 20 acres. La culture avait seulement 2 mois, nous n’avions encore rien récolté, mais j’avais déjà la piqûre. J’ai dit à ma conjointe, Carole : « On s’en va sur le bio à la grandeur de la ferme! » Je me suis reconnu dans cette nouvelle pratique. En cinq ans, toutes les cultures de la ferme respectaient les normes biologiques du Québec. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn