À la rencontre de mes forces intérieures de proche aidant

Ma collègue et moi sommes allées donner une conférence dans un Café Alzheimer. Nous avons rencontré des proches aidants, des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, des intervenants de la Société Alzheimer et d’autres personnes-ressources qui apportent du soutien aux proches aidants.

Nous souhaitions les aider à aller à la rencontre de leurs forces intérieures. C’est ce qui s’est produit, mais combien nous avons reçu!

Je suis restée émerveillée par toute cette entraide humaine qui se vit, par toute cette gratuité qui se déploie au jour le jour par la présence aimante, attentionnée et gratuite de chacun auprès de leur proche atteint de la maladie et des divers intervenants.

couple-tendresseVoir des personnes accompagner leur père ou leur mère, un conjoint prendre soin de sa partenaire de vie, rencontrer une mère et son fils venus assister à la rencontre pour mieux prendre soin du père atteint de la maladie. Que de gratuité! Que de dévouement dans notre société! Et tous ces organismes qui soutiennent les gens atteints et leurs proches : la Société Alzheimer, les CLSC, le Temps d’une Pause, le Baluchon Alzheimer ou encore, l’Appui pour les proches aidants d’aînés qui soutient financièrement ces organismes directement ou par l’entremise de la Société Alzheimer.

Je suis émerveillée de tout cet appui humanitaire. Il se passe de belles choses dans notre société! Nos yeux peuvent rester accrochés à tout ce qui se passe de désastreux ou de difficile, qui est réel aussi, mais mettons-nous suffisamment en lumière toutes ces belles initiatives, tous les mouvements humanitaires d’entraide qui existent et sont vécus aussi dans notre société?

Je suis impressionnée de vivre cette immersion dans ce monde des proches aidants et des personnes qui les soutiennent. Impressionnée aussi de l’accueil qui s’est vécu durant notre conférence et mini-atelier : accueil des richesses intérieures de chacun, de l’impact qu’ont sur les proches aidants les découvertes et les conscientisations de leurs forces intérieures. Combien cela soulève de vie, l’élan et l’énergie pour poursuivre!

Je suis touchée aussi de ce que notre école de formation humaine peut apporter de complémentaire à tous ces organismes.

Nous vivons dans une belle société, dans un beau pays et la découverte de nos richesses intérieures est précieuse et porteuse de vie.

André Rochais, fondateur de notre école internationale de formation et de recherche, nous disait : « Je crois qu’en tout homme, il y a des trésors enfouis… et j’ai envie qu’ils viennent au jour pour la joie de celui qui les porte et pour l’enrichissement de l’humanité. Oui, je sais que les trésors que nous portons n’ont pas tous la même importance, mais tous sont importants et tous sont pour le bonheur de l’humanité et sa réussite.»1

J’observe combien il est stimulant de goûter à la beauté profonde de chacun, à leurs qualités, à leurs capacités de gratuité et à leurs capacités d’aide. Que de créativité déployée! Que de solidarité humaine! Et finalement, que de fruits pour notre société

proche-aidantQue de découvertes aussi! Je suis confirmée par ce que j’ai vu et entendu. Oui, nos qualités, nos forces intérieures nous permettent de vivre des moments profonds de communion, de partage, d’entraide, d’amour et de gratuité, même dans les situations les plus difficiles. Bien situés en nos richesses, il est possible de recevoir aussi des personnes démunies et en perte d’autonomie. Il est possible que la vie profonde continue de se déployer et de fleurir quelle que soit la situation vécue.

Dans un autre texte, André Rochais s’exprime ainsi : « Oui, nous dormons sur des trésors, sur des puits d’énergie, sur un volcan de créativité, sur des réserves incroyables d’amour vrai. Tout est là, en ce sous-sol de l’Humanité, en ce sous-sol intérieur des hommes et des femmes de cette planète, tout est là pour forger un monde plus humain. »2 C’est ce que j’ai vu durant notre rencontre.

Je souhaite aux proches aidants et aux personnes qui les assistent de pouvoir faire l’expérience de goûter à tous les bienfaits apportés par la conscientisation de leurs forces et richesses. La formation PRH « Qui suis-je? » est une occasion privilégiée pour cela et conduit à se vivre avec plus de solidité.

Danièle Arpoulet-Bax, formatrice PRH

1 L’impact sociétaire de PRH, André Rochais, 1980

2 Trouée dans le futur, André Rochais, 1980

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

4 réflexions sur “À la rencontre de mes forces intérieures de proche aidant

  1. Que de vérité, que de vécu dans cet article sur le ‘proche aidant’ et sur le bénévolat …ton ressenti se transmet en authenticité et en douceur … merci de ce partage à ton image d’Être humain et de formatrice. Bonne continuation à toi ainsi qu’à PRH.

    • Merci Ginette de vibrer au même diapason, en solidarité avec ces proches-aidants. J’y reconnais bien là ton cœur généreux de bénévole.
      Danièle

  2. Oh oui il se passe de belles choses dans notre société et je vous remercie d’avoir mis à l’honneur les personnes aidantes de leurs proches atteints de la maladie d’Alzheimer. Mon papa est atteint de cette maladie et il est placé dans un cantou, premier projet pilote à Bruxelles. C’est un « foyer » central où les résidents ont chacun leur chambre disposée en cercle autour de ce foyer central où cuisine côtoie le salon télé et les tables à manger. Une sorte de vie en communauté dans laquelle les personnes continuent à vivre ensemble plutôt que d’être parquées seules dans leur chambre. Les aides soignants sont dévoués, on découvre de belles vocations. Et les résidents se stimulent entre eux. Tout n’est pas parfait c’est sûr, mais c’est un beau pas, à mon sens, vers plus d’humanité et de dignité « jusqu’au bout » pour ces personnes.

    Merci pour ce beau partage et je me permettrai de vous recontacter plus tard pour en savoir plus sur votre conférence. Cela m’intéresse vivement ! Bonjour à toute l’équipe québecoise ! Sandrine Knaepen – PRH Belgique

    • Merci Sandrine de votre témoignage et de nous faire parvenir ce projet pilote qu’est le « cantou ». Cette sorte de vie en communauté m’apparaît effectivement comme une belle réponse à plus d’humanité et de dignité jusqu’au bout. Quelle belle initiative! Cela nous ouvre à du neuf à partager avec la Société d’Alzheimer du Québec. Si vous le permettez, je vais transmettre votre message à certains responsables. N’hésitez-pas à me contacter au besoin.
      Danièle Arpoulet-Bax

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *