Unir nos forces pour « des enfants à faire grandir »

Je prenais connaissance, dernièrement, d’une recherche produite par l’Institut du Québec qui explore différentes approches en éducation expérimentées ici et ailleurs à travers le monde. Le document « Des exemples pour l’école québécoise : étude de cas d’écoles innovantes » tente de répondre aux grandes problématiques de notre système d’éducation actuel. Encourageant de constater combien notre planète fourmille d’initiatives pour réinventer nos pratiques, les rendre plus humaines et plus efficaces pour favoriser la croissance de nos enfants!

Qu’il soit question d’environnement, de travail, de santé ou de communication, notre avenir repose sur la solidité, la créativité et l’humanisme de nos futurs leaders sociaux. La formation de nos enfants est, ainsi, une œuvre essentielle et primordiale pour assurer un avenir à notre monde. Cela rejoint d’ailleurs la vision d’André Rochais, initiateur de la formation PRH. Dans un manifeste écrit en 1988 sur « Les droits de l’enfant à l’égard de ses parents »[i], il exprimait un appel pressant à la société, aux éducateurs et à ceux qui détiennent le pouvoir pour que soient dégagés les énergies et les moyens nécessaires pour une formation qui réponde aux besoins de croissance des enfants. « Il y va de la qualité humaine des générations montantes. Plus largement, il y va de l’avenir de l’humanité. » Il exprimait ainsi nos devoirs à l’égard des enfants : « Nous avons à les conduire jusqu’à l’âge adulte, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment debout et autonomes pour pouvoir prendre leur place dans la Société, l’enrichir de leurs dons et contribuer, pour leur part, à la faire progresser vers plus d’humanité. »

Depuis le début de 2017, les « correspondances éducatives », parues sur le blogue de PRH, se veulent une nourriture susceptible d’alimenter notre réflexion en ce sens et nos pratiques de parents, de grands-parents, d’enseignants et d’intervenants au service des enfants. Cinq acteurs du secteur de l’éducation nous y livrent, à tour de rôle, leurs préoccupations quotidiennes et leurs expériences d’éducateur. Ils portent tous au cœur de favoriser au mieux de « faire grandir des enfants » pour la société de demain.

Avec la reprise de l’année, j’ai demandé à chacun d’eux de se présenter en nous livrant, en quelques mots, leur principale préoccupation d’éducateur.

Je vous présente donc, à nouveau, l’équipe des correspondances éducatives :

Johanne April, mère de deux jeunes adultes. Elle est professeure titulaire et membre de l’équipe de recherche sur la « Qualité éducative des services de garde et petite enfance » pour l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Sa préoccupation actuelle concerne l’impact de la qualité des interactions enseignante-élève sur la réussite éducative et la performance cognitive chez l’enfant.

Caroline Cloutier est mère de deux adolescents et enseignante au cégep en technique de travail social.

Quand elle pense à l’époque où nous sommes, aux multiples distractions possibles et impossibles (les écrans de toutes sortes, le rythme parfois effréné du quotidien), elle se préoccupe de l’état et de la qualité de présence à soi et de présence aux autres et de leur impact sur le développement de nos enfants.

Sophie Jardon est mère de 2 enfants de 10 et 13 ans, sagefemme devenue formatrice en développement personnel et relations humaines (PRH).

Elle se préoccupe sérieusement, à ce jour, d’aider les jeunes à se connaître afin qu’ils développent une saine estime d’eux-mêmes au travers des défis de la société actuelle.

François Guénette est enseignant en littérature au cégep et père de deux adolescents.

Sa principale préoccupation en éducation, actuellement, concerne la motivation des étudiants. Comment stimuler l’intérêt d’un étudiant ou d’une étudiante? Est-ce que la curiosité peut s’apprendre?

 

Josée Baril est mère de trois enfants, grand-mère de quatre petits-enfants et enseignante en 1re année au primaire.

Elle se sent habitée par l’importance du rôle de l’éducateur qu’est le parent pour son enfant ainsi que de l’importance de prendre l’enfant là où il est et de lui permettre de s’épanouir pleinement, selon son unicité.

Lors des prochaines parutions, nous vous convions à livrer vos réactions, réflexions ou lumières en écrivant vos commentaires dans l’espace prévu à cet effet après chaque article. Nous vous espérons nombreux au rendez-vous…

Cette mise en commun nous paraît tellement importante puisque, comme le dit le proverbe africain, « Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village ».

Lise Simard, présidente

Formation PRH inc.

_______________________________________

[1] Les droits de l’enfant à l’égard de ses parents, André Rochais, 1988

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

2 réflexions sur “Unir nos forces pour « des enfants à faire grandir »

  1. Bonjour Lise et à l’équipe des correspondants,

    Merci pour cette référence de lecture, Lise, et la photo de l’équipe des correspondances.
    A vous les correspondants: Johanne, Caroline, François, Sophie, Josée, j’avais tellement hâte de reprendre la route avec chacun de vous. Vos articles m’allument. Ils ont un impact dans ma vie d’éducatrice et même plus largement dans mes relations. Ils me replongent dans mon intérêt pour le monde comme une émission que j’ai particulièrement aimé intitulée  » La course destination monde ».
    Merci de m’ouvrir à des nouveautés, de partager votre expérience, vos questionnements, votre regard sur la génération d’aujourd’hui, les défis, etc..

    • Bonjours Martine,
      Merci de prendre le temps de partager avec nous! C’est nourisssant de savoir que nous pouvons toucher les gens par nos écrits. Je crois que nous avons tous et toutes besoin de sens et de douceur par les temps qui courent. Les correspondances représentent un projet avec lequel nous souhaitons mettre en lumière la beauté de l’humain. Ce mouvement est porteur d’espoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *