Les correspondances éducatives

Imaginons cinq personnes, chacune investie d’une mission spécifique dans le secteur de l’éducation et d’une expérience unique, chacune témoin privilégiée d’un regard porté sur nos enfants dans la société actuelle!

Imaginons cinq personnes qui, par leur expérience personnelle et professionnelle, couvrent une vaste diversité de champs d’intérêt relatifs à l’éducation : le secteur de l’enseignement aux différents stades du développement de l’enfant, la diversité des modèles familiaux, les différentes figures d’éducation et leurs défis!

Imaginons maintenant que ces cinq personnes se retrouvent sur une même tribune pour échanger, confronter leurs perceptions, partager leurs rêves, réfléchir, démasquer certains pièges pour notre époque, mettre en lumière les progrès et espoirs qui fourmillent dans les différents milieux d’éducation et dégager les défis à relever pour notre génération.

Pour réaliser un tel programme, nous les avons invitées à correspondre entre elles un peu à la façon de certains scientifiques ou poètes au siècle dernier, laissant libre cours à ce qui pourrait émerger au fur et à mesure des réflexions de l’une et de l’autre, du dialogue entre elles.

À moi d’abord de vous les présenter :

  • Johanne vit en couple depuis 30 ans et est mère de deux jeunes adultes de 18 et 20 ans. Elle a été enseignante en maternelle au début de sa carrière pendant 7 ans, puis enseignante et chercheuse à l’université depuis environ 20 ans. Johanne est actuellement responsable du programme de troisième cycle en éducation, à la formation des maîtres, au département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec en Outaouais. Actuellement en congé sabbatique, elle participe à plusieurs formations et groupes de recherche à l’international et ses champs d’intérêt concernent le développement de l’enfant, les pratiques éducatives des enseignants et les interactions enseignants-élèves dans une perspective de développement global chez l’enfant.

 

  • Josée, séparée, est mère de trois garçons de 15, 18 et 22 ans et grand-mère de trois petits-enfants, dont un décédé à la naissance. Elle est enseignante au primaire depuis 24 ans et actuellement en 1re année du primaire. Ses champs d’intérêt se portent particulièrement sur le rôle du parent dans la vie de l’enfant ainsi que sur la collaboration enseignant-parent pour favoriser la réussite de l’enfant.

 

  • Caroline et François vivent en couple depuis 23 ans et sont parents de deux enfants : un garçon de 13 ans et une fille de 9 ans ayant fait l’expérience de l’école alternative. Caroline et François sont tous deux enseignants au collégial depuis plusieurs années, elle en travail social depuis 14 ans et lui en français-littérature depuis 12 ans. Ils contribuent à divers comités de travail et de réflexion au CÉGEP sur la réussite et les méthodes pédagogiques. Caroline possède également une expérience de plusieurs années comme intervenante dans un organisme jeunesse dans le secteur communautaire. Ils s’intéressent à l’importance de ce qui est à transmettre dans l’acte d’éduquer et combien le rôle de la communauté est primordial dans le développement de l’enfant.

 

  • Sophie vit en couple et est mère de deux enfants, un garçon de 12 ans et une fille de 9 ans. Sa famille est déménagé de la France au Québec il y a maintenant six ans. Pendant 17 ans, elle a exercé la profession de sage-femme et a enseigné à l’université auprès des futurs professionnels de la naissance. Tout récemment, elle est devenue formatrice PRH dans la région de Montréal. À travers l’ensemble de son parcours, une préoccupation demeure : accompagner le lien parent-enfant depuis le tout début de la vie comme sage-femme, pédagogue et, par la suite, comme accompagnatrice avec l’école de formation PRH.

au-coeur-de-notre-societe-des-enfants-a-faire-grandirÀ vous, maintenant, de les rencontrer au fil de leur plume. Suivez les correspondances de ces éducateurs d’expérience et laissez-vous vivre, en leur compagnie, votre propre réflexion, portant ainsi, un pas plus loin, notre engagement à « faire grandir ces enfants » qui nous tiennent tant à cœur.

Bonne lecture!

Lise Simard, présidente Formation PRH inc.

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

À la rencontre de mes forces intérieures de proche aidant

Ma collègue et moi sommes allées donner une conférence dans un Café Alzheimer. Nous avons rencontré des proches aidants, des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, des intervenants de la Société Alzheimer et d’autres personnes-ressources qui apportent du soutien aux proches aidants.

Nous souhaitions les aider à aller à la rencontre de leurs forces intérieures. C’est ce qui s’est produit, mais combien nous avons reçu!

Je suis restée émerveillée par toute cette entraide humaine qui se vit, par toute cette gratuité qui Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le plus beau cadeau

La petite fille de sept ans que j’étais est encore aujourd’hui fascinée par les boîtes. Vous observerez bien, lorsqu’un enfant se trouve en présence d’un tel objet, son premier réflexe est de chercher frénétiquement à l’ouvrir pour assouvir sa curiosité d’en connaître le contenu. Si, par malheur, il est interdit de la toucher, le désir redouble d’intensité et, dès que l’adulte aura tourné le dos, l’enfant, en un quart de seconde, l’aura déjà ouverte. boite-a-surprise

Un jour, alors que j’étais dans un magasin avec ma mère pendant qu’elle essayait un vêtement, j’ai repéré une adorable petite boîte en bois sur l’étagère. J’étais absorbée à l’observer sous tous ses angles. Une curiosité irrésistible me poussait à découvrir son contenu. Je l’ai prise. En cachette, j’ai Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Libre et maître de ses décisions

josee-blanchetteTout dernièrement, la journaliste Josée Blanchette, qui a une chronique dans le journal Le Devoir, a décidé de refuser des traitements de chimiothérapie et de partager publiquement son expérience. Pour elle, les traitements étaient insupportables et elle mettait en doute leur efficacité.

De par sa popularité, sa prise de parole influence et dérange. L’opinion publique s’emballe. Des oncologues s’expriment pour rétablir les faits, l’efficacité, les risques et les limites des traitements proposés.

Au-delà des discussions, la journaliste maintient sa décision, qui n’est sûrement pas facile, car l’enjeu est majeur. L’essentiel qui m’apparaît du propos de la journaliste est d’inviter au discernement en ayant pris connaissance de tous les éléments qui concernent sa situation et en ayant pesé tous les impacts en référence à soi. Elle invite à demeurer libre et maître de ses décisions devant les traitements proposés.

Il m’apparaît évident que personne ne peut prendre une décision plus appropriée que Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Ces travailleurs de l’ombre, enrichissement de notre collectivité

Il fait beau. Je cours dans le parc comme je le fais régulièrement. C’est uriviere-parcn endroit magnifique longeant l’estuaire de la rivière et donnant accès à toute cette belle nature à deux pas de chez-moi.

En chemin, un homme et une femme attirent mon attention. Sac et outil à la main, je les perçois observateurs, en recherche. Allant au bout de ma curiosité de leur quête, ils me révèlent porter attention à l’état du parc et des sentiers : un déchet ici, une branche nuisible là. Je les sens heureux. Revient en moi l’image de ces deux hommes qui s’affairaient dernièrement à réparer le terrain suite à une crue des eaux. Et toutes ces décorations qui apparaissent comme par magie tout au long des sentiers au temps des Fêtes et à la Saint-Valentin.

Je me sens interpellée par ces travailleurs de l’ombre qui Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La force de vie du peuple haïtien

Haïti, qui n’a pas encore fini de se remettre du tremblement de terre du 12 janvier 2010, fait face à une situation désastreuse et horrible suite au passage de l’ouragan Matthew.

Les dégâts causés par cette catastrophe naturelle mettent le peuple haïtien en face de sa grande vulnérabilité et de sa pauvreté au niveau des infrastructures.

Heureusement, cet ouragan monstrueux n’a pas ravagé toutes les régions, sinon, ce serait la pire tragédie survenue dans le pays.

Malgré tout, on compte plus de 500 morts, des maisons détruites, des têtes de bétail disparues, des arbres déracinés, des plantations agricoles dévastées par le vent et les inondations. Bien des endroits ressemblent à un véritable désert.

[getty src= »615554530″ width= »594″ height= »395″]

Le tableau de la situation concrète des gens qui vivent dans les départements du Sud, du Sud-Ouest, les Nippes et la Grand-Anse est sombre et triste. Les pauvres gens, qui n’avaient même pas le minimum de ressources pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires ont tout perdu. Les cas de choléra augmentent. Les personnes les plus touchées n’ont pas encore accès à l’eau potable. À cause de la destruction des routes et des sentiers en terre battues, plusieurs endroits demeurent inaccessibles pour recevoir de l’aide humanitaire.

Il y aurait de quoi se laisser sombrer dans la désespérance, mourir de faim et de soif ou rester accroupi dans sa misère.

« Nous avons tout perdu, mais nous sommes encore en vie, nous pouvons reconstruire! » Telle est la réflexion d’une des victimes de l’ouragan qui reflète la pensée positive et la force de vie des personnes sinistrées.

[getty src= »615248654″ width= »594″ height= »395″]

J’ai vu des images très émouvantes qui montrent la chaîne de solidarité des gens dans cette épreuve. Ils se donnent la main pour se sauver la vie.

Des familles accueillent, sous leur toit, d’autres personnes de leur entourage qui n’ont plus de logis, et ceci, malgré leur condition de vie très précaire.

Avec un tapis ou du tissu attaché à deux ou trois poteaux, les gens cherchent à se forger leur propre abri provisoire. Malgré le choc terrible très traumatisant qu’ils viennent de connaître, le sourire revient sur leur visage et la vie reprend tranquillement.

[getty src= »615243210″ width= »594″ height= »395″]

Cet événement très pénible nous fait vibrer aux entrailles. Cependant, le peuple haïtien nous fait découvrir, une fois de plus, son courage, sa joie de vivre, sa résilience, sa débrouillardise. Il lui suffit d’un coup de pouce pour qu’il se relève et renaisse de cette catastrophe, car il veut vivre.

Micheline Joseph, formatrice PRH en Haïti

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un monde qui s’humanise

Tout comme plusieurs personnes, j’ai été rivée à mon téléviseur à l’occasion des Jeux olympiques qui se sont tenus à Rio en août dernier. Ce regard porté sur cet événement mondial m’a fait un bien énorme. Je ne perçois plus ce phénomène sportif de la même manière. Je saisis mieux combien la personne peut y trouver une satisfaction de fond à s’accomplir et à se transformer.

Que d’émotions et d’émerveillement devant ces athlètes qui ont performé pour tenter de décrocher une médaille, fruit de leur labeur après tant d’années d’investissement de toute leur personne! En effet, on a entendu et pu lire dans les journaux que ces athlètes ont dû prioriser la pratique de leur discipline et mettre un peu de côté leur famille, leurs loisirs, leurs amis et même certains aspects de leur vie personnelle afin de tenter le tout pour le tout. Que de sacrifices!

Lorsque vient le temps de performer, tout peut arriver : Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Donner un sens à ma vie

Qui peut affirmer ne jamais s’être posé cette question du sens à donner à sa vie, à un moment ou l’autre de son parcours? Personnellement, je peux dire qu’il m’est arrivé, à quelques reprises, de me poser ces questions : « Est-ce que ma vie a du sens? Est-ce que je m’accomplis pleinement en tant que personne? Suis-je sur la route de mon bonheur? »

Être à la recherche du sens de sa vie est une quête qui est partagée par un grand nombre de personnes. Mais, c’est quoi au juste le sens de sa vie? Où doit-on chercher pour le trouver? Que doit-on chercher? C’est en me questionnant à ce sujet que je me suis rendue compte, qu’au fond de moi, j’étais en réalité à la recherche de mon identité profonde : « Qui suis-je au tréfonds de moi? Quel idéal de vie correspond à qui je suis vraiment? » Voilà par où j’ai dû commencer ma recherche.

Qui suis-je au juste?

deux-directionsC’est une première question qui s’est imposée à moi. Je me suis engagée dans la découverte de mes forces, de mes aptitudes, de mes talents, de mes valeurs profondes, de mes goûts, des liens que je vis avec certaines personnes, des actions qui donnent sens à ma vie. J’y ai découvert également mes limites en tant que personne humaine qui ne peut tout accomplir. Cette recherche m’a permis de découvrir que je suis une pédagogue, une écoutante empathique et une femme qui a un potentiel pour l’aide à autrui. Je suis devenue également une grand-mère tendre, Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Rentrée scolaire

Hier, c’était la rentrée scolaire de mes enfants. Ils étaient heureux de revenir à l’école après ces deux mois de vacances salutaires, enchantés de retrouver leurs amis, de découvrir leurs nouveaux enseignants et d’utiliser leurs nouvelles fournitures de début d’année.

Quand je les observe dans ce démarrage, je suis émerveillée de voir combien ils sont motivés, responsables, fiables, organisés, libres et heureux d’aller à l’école.

Pourtant, à bien observer la mine des parents ce matin-là dans le grand gymnase, je me suis demandé qui des parents ou des enfants faisaient la rentrée. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

NOUS SOMMES CAPABLES DU MEILLEUR

Curieusement, suite aux attentats qui ont été commis ces derniers mois, je suis habitée de confiance. Une confiance inattendue. Au-delà de ma désolation devant ces actes de violence, cette confiance fait surface en moi et me dépasse. Une confiance en la capacité universelle de créer et de se renouveler en permanence. Cette confiance que je ressens n’est pas une confiance aveugle, une déresponsabilisation ni un désengagement de ma part, mais plutôt ma foi en ce souffle intérieur qui pousse l’être humain à aimer plus loin que la violence et à se soucier de ses semblables. J’ai foi en l’acte de création que je vois à l’œuvre. J’ai foi que je ne suis pas la seule à y croire, ni la seule à y participer. J’ai foi que nous sommes plusieurs à Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn