DE LA CULPABILITÉ À LA RESPONSABILITÉ

« Je ne suis pas fier ou fière de moi. Je m’en veux. J’aurais jamais dû. » Je me sens coupableAvez-vous déjà prononcé ces mots qui laissent transparaître un fond de culpabilité?

Le mécanisme de culpabilisation peut engendrer diverses réactions en nous comme en témoignent quelques personnes qui ont accepté de m’en parler ouvertement:

  • « Quand je me sens coupable, je deviens hypersensible au moindre commentaire. Je me sens toujours visé personnellement et j’ai tendance à me défendre. »
  • « Je perds tous mes moyens, j’ai envie de disparaître et de me faire oublier. »
  • « J’ai un peu honte de le dire mais je deviens en totale soumission à la personne que j’ai heurtée. Je deviens démesurément gentil pour me racheter mais ma gentillesse sonne faux. »
  • « Je ne supporte pas que l’autre ne me pardonne pas. J’insiste pour obtenir le pardon de l’autre. Je réalise que j’essaie d’obtenir un pardon forcé et non un pardon qui vient du coeur. »
  • « Je veux tellement que la personne garde une bonne image de moi. Je veux absolument la convaincre que je suis une bonne personne et qu’elle n’a pas raison de m’en vouloir finalement. »Image homme découragé
  • « Je retourne ma culpabilité contre moi pour me punir. En fait, je pars en guerre contre moi sans pouvoir m’arrêter. »

Qu’elle soit subtile ou envahissante, il est essentiel de savoir reconnaître ce que la culpabilité Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Les défis de la collaboration dans le travail d’équipe

Saffrimer sans tout casserDans le travail d’équipe, miser sur la cohérence, la cohésion et l’efficacité demande à chaque membre d’occuper sa place en égalité à l’autre quel que soit son rôle, sa fonction ou son statut. On pourrait dire: «Il n’y a pas de petit ou de grand talent mais un potentiel de créativité à mettre en commun». La force du travail en équipe, c’est de «S’affirmer… sans tout casser» (une de nos publications présentées ici). Voici quelques défis de la collaboration.

Savoir écouter et vivre l’audace de sa parole

L’attitude première est celle de l’écoute en profondeur. C’est de se faire libre et proche de l’autre dans ce qu’il exprime ou propose, sans le juger ou l’étouffer par des commentaires. C’est une capacité de tout recevoir dans une attitude de neutralité, en état de recherche à la fois intellectuelle et intuitive, afin de laisser l’espace à la créativité de l’être ainsi qu’au neuf qui peut jaillir en chaque personne Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn