Prendre ma place là où je suis, source de bonheur

Tout récemment, j’ai été appelée à me déplacer du Saguenay vers Trois-Rivières pour animer un atelier sur mesure avec une collègue.

Je suis revenue de cette animation habitée d’une joie profonde, d’un bonheur à diffuser, à transmettre la formation PRH plus largement, au-delà de mes frontières. Effectivement, la clientèle rejointe était composée de conseillers et conseillères pédagogiques provenant de différentes régions du Québec : des personnes ouvertes, attentives, intéressées à découvrir des pistes et raviver leur motivation pour vivre leur rôle de façon satisfaisante et constructive auprès de la clientèle qui leur est confiée.

Cette animation a fait grandir, en moi, le sentiment de fierté d’être cette formatrice PRH, prête à marcher, à m’engager dans cette aventure pour un plus d’humanisation de la société.   Cette fierté est, en quelque sorte, liée et nourrie sans cesse par cette capacité d’amour qui m’habite et que je vis pour :

  • PRH; ma foi en cette école qui favorise le déploiement de la personnalité chez les individus;
  • la croissance des personnes; cette foi en ce dynamisme qui les mobilise, qui les habite et qui les stimule à être sans cesse à cette recherche d’un mieux-être, d’un plus de bonheur dans leur vie;
  • les personnes; les regarder, m’y intéresser, les écouter sans jugement, m’émerveiller d’elles et pouvoir les découvrir en leur cœur. Je me sens tout à coup plus élargie intérieurement par l’accueil de ces personnes différentes de moi et qui contribuent à leur manière à une levée, une mise debout des personnes autour d’elles, pour la part d’humanité qui les concerne;
  • les autres formatrices PRH qui interviennent dans leur coin de pays pour diffuser la formation PRH. Nous étions chacune à notre place, offrant notre expertise, selon nos couleurs respectives. De plus, en animant, j’ai expérimenté et pris conscience que nous n’étions pas seules, mais bien soutenues, reliées aux autres formatrices du Québec et du Nouveau-Brunswick, une force vive pour cet agir commun qui nous anime.

Tant de reconnaissance en moi pour toute cette abondance vécue et reçue qui me conduit à un élargissement de ma personne dans cette dimension de mon amour pour le monde. Cela m’invite à porter mes chaussures de nomade pour aller rencontrer les personnes qui ont soif d’un monde meilleur.

Et vous, avez-vous soif de ce monde meilleur? Je dépose cette question en vous. Quel élan est là, en votre cœur, pour apporter votre part et ainsi contribuer à ce plus pour notre humanité? Sans cette part, peut-être que quelque chose ne pourra advenir…

Doris Hébert, formatrice PRH

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le plus beau cadeau

La petite fille de sept ans que j’étais est encore aujourd’hui fascinée par les boîtes. Vous observerez bien, lorsqu’un enfant se trouve en présence d’un tel objet, son premier réflexe est de chercher frénétiquement à l’ouvrir pour assouvir sa curiosité d’en connaître le contenu. Si, par malheur, il est interdit de la toucher, le désir redouble d’intensité et, dès que l’adulte aura tourné le dos, l’enfant, en un quart de seconde, l’aura déjà ouverte. boite-a-surprise

Un jour, alors que j’étais dans un magasin avec ma mère pendant qu’elle essayait un vêtement, j’ai repéré une adorable petite boîte en bois sur l’étagère. J’étais absorbée à l’observer sous tous ses angles. Une curiosité irrésistible me poussait à découvrir son contenu. Je l’ai prise. En cachette, j’ai Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Libre et maître de ses décisions

josee-blanchetteTout dernièrement, la journaliste Josée Blanchette, qui a une chronique dans le journal Le Devoir, a décidé de refuser des traitements de chimiothérapie et de partager publiquement son expérience. Pour elle, les traitements étaient insupportables et elle mettait en doute leur efficacité.

De par sa popularité, sa prise de parole influence et dérange. L’opinion publique s’emballe. Des oncologues s’expriment pour rétablir les faits, l’efficacité, les risques et les limites des traitements proposés.

Au-delà des discussions, la journaliste maintient sa décision, qui n’est sûrement pas facile, car l’enjeu est majeur. L’essentiel qui m’apparaît du propos de la journaliste est d’inviter au discernement en ayant pris connaissance de tous les éléments qui concernent sa situation et en ayant pesé tous les impacts en référence à soi. Elle invite à demeurer libre et maître de ses décisions devant les traitements proposés.

Il m’apparaît évident que personne ne peut prendre une décision plus appropriée que Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Ces travailleurs de l’ombre, enrichissement de notre collectivité

Il fait beau. Je cours dans le parc comme je le fais régulièrement. C’est uriviere-parcn endroit magnifique longeant l’estuaire de la rivière et donnant accès à toute cette belle nature à deux pas de chez-moi.

En chemin, un homme et une femme attirent mon attention. Sac et outil à la main, je les perçois observateurs, en recherche. Allant au bout de ma curiosité de leur quête, ils me révèlent porter attention à l’état du parc et des sentiers : un déchet ici, une branche nuisible là. Je les sens heureux. Revient en moi l’image de ces deux hommes qui s’affairaient dernièrement à réparer le terrain suite à une crue des eaux. Et toutes ces décorations qui apparaissent comme par magie tout au long des sentiers au temps des Fêtes et à la Saint-Valentin.

Je me sens interpellée par ces travailleurs de l’ombre qui Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Donner un sens à ma vie

Qui peut affirmer ne jamais s’être posé cette question du sens à donner à sa vie, à un moment ou l’autre de son parcours? Personnellement, je peux dire qu’il m’est arrivé, à quelques reprises, de me poser ces questions : « Est-ce que ma vie a du sens? Est-ce que je m’accomplis pleinement en tant que personne? Suis-je sur la route de mon bonheur? »

Être à la recherche du sens de sa vie est une quête qui est partagée par un grand nombre de personnes. Mais, c’est quoi au juste le sens de sa vie? Où doit-on chercher pour le trouver? Que doit-on chercher? C’est en me questionnant à ce sujet que je me suis rendue compte, qu’au fond de moi, j’étais en réalité à la recherche de mon identité profonde : « Qui suis-je au tréfonds de moi? Quel idéal de vie correspond à qui je suis vraiment? » Voilà par où j’ai dû commencer ma recherche.

Qui suis-je au juste?

deux-directionsC’est une première question qui s’est imposée à moi. Je me suis engagée dans la découverte de mes forces, de mes aptitudes, de mes talents, de mes valeurs profondes, de mes goûts, des liens que je vis avec certaines personnes, des actions qui donnent sens à ma vie. J’y ai découvert également mes limites en tant que personne humaine qui ne peut tout accomplir. Cette recherche m’a permis de découvrir que je suis une pédagogue, une écoutante empathique et une femme qui a un potentiel pour l’aide à autrui. Je suis devenue également une grand-mère tendre, Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Rentrée scolaire

Hier, c’était la rentrée scolaire de mes enfants. Ils étaient heureux de revenir à l’école après ces deux mois de vacances salutaires, enchantés de retrouver leurs amis, de découvrir leurs nouveaux enseignants et d’utiliser leurs nouvelles fournitures de début d’année.

Quand je les observe dans ce démarrage, je suis émerveillée de voir combien ils sont motivés, responsables, fiables, organisés, libres et heureux d’aller à l’école.

Pourtant, à bien observer la mine des parents ce matin-là dans le grand gymnase, je me suis demandé qui des parents ou des enfants faisaient la rentrée. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le bonheur de conduire sa vie

Pour mon troisième article sur le blogue PRH-Québec-Canada, je vous partage ma rencontre avec Pierre Bolduc, un agriculteur passionné de production laitière biologique. Au fil des propos de Pierre, je vous parle aussi de mon regard professionnel de formatrice PRH.

J’ai découvert un homme libre; un homme faisant des choix qui lui permettent de vivre pleinement les différents aspects de sa personnalité : un chercheur, un innovateur, un observateur de la nature, un passionné, un audacieux, un tenace…

Pierre nomme les étapes qui l’ont conduit vers l’autonomie. Après ses études à l’école d’agriculture et quelques années en production laitière conventionnelle, ont surgi les remises en question sur les méthodes agricoles qu’il utilisait. Il vivait des insatisfactions jusqu’à ce qu’il trouve un modèle de ferme correspondant à ses aspirations profondes.

Ferme La Station

La ferme et la Fromagerie La Station situées à Compton en Estrie.

« Il y a 19 ans que nous avons commencé la transition vers le biologique sur 20 acres. La culture avait seulement 2 mois, nous n’avions encore rien récolté, mais j’avais déjà la piqûre. J’ai dit à ma conjointe, Carole : « On s’en va sur le bio à la grandeur de la ferme! » Je me suis reconnu dans cette nouvelle pratique. En cinq ans, toutes les cultures de la ferme respectaient les normes biologiques du Québec. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Expérimenter une vie pleine de sens peut être accessible

Aujourd’hui, je vous présente un de mes anciens collègues de travail. Un homme hors de l’ordinaire par qui il était et par l’effet qu’il produisait sur les personnes de son entourage. En vous le présentant, j’espère vous donner le goût de cheminer vers cette maturité.

Qui il était

François était un homme authentique, un leader naturel, engagé et cohérent. Il était capable de relations vraies et de qualité. Bien que sensible, ses émotions ne le menaient pas. Il les vivait tout simplement.

François vivait en cohérence avec ses valeurs. Elles le guidaient. Par exemple, François aimait beaucoup ses enfants et était engagé dans son rôle de père. Il passait du temps de qualité avec eux. Il savait les écouter en profondeur. Il les connaissait très bien, tant dans leurs forces que dans leurs petits défauts. Je sens qu’il veillait sur eux pour qu’ils poussent « droits ». Non pas en les moulant à un idéal, mais plutôt en les Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Des clés pour vivre heureux, même seul

Jamais je n’aurais pu penser que c’était possible de vivre un tel bonheur! Et pourtant, il est là. Je le vis. J’ose faire confiance en la vie, en ma vie. J’ose me faire confiance pour faire face à la vie avec ce qui est en moi et ce qu’elle donne autour de moi.

Ce n’est pas parce que je suis seule, non, mais je pressens que mon bonheur n’en est pas altéré. Adolescente, quand je regardais les célibataires et les gens seuls autour de moi, je les sentais un peu misérables. Je me disais qu’ils devaient avoir mauvais caractère, qu’ils ne devaient pas être « commodes » pour être obligés de demeurer seuls. Dans cette perspective, je me voyais toujours vivre avec quelqu’un. Mais une trajectoire de vie s’est révélée progressivement et je vis seule, depuis 30 ans déjà.

Au début de ce changement, après avoir quitté ce que je croyais être mon problème, me retrouvant seule, j’ai clairement réalisé que je l’avais déménagé avec moi. En moins d’un an, j’ai pu constater que Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Devenir jardinier, jardinière de ma vie

J’aime bien ma vie. Je la sens dense et forte, tenace et courageuse, pleine d’énergie. Elle et moi, on est liées, et ce, depuis le premier jour.

Mais comment en prendre soin et ne pas l’abandonner au gré des situations et des évènements que je vis? Non, elle mérite mieux que ça. J’ai le goût de lui donner de bonnes conditions pour qu’elle grandisse bellement. Outils jardinierMais à quoi prendre soin de ma vie, cultiver mon jardin intérieur peut bien ressembler dans le concret?

Des choix à faire

Je ne peux laisser tout pousser au hasard. J’ai des choix à faire qui ne sont pas nécessairement faciles. J’ai besoin de m’arrêter et de me poser la question : « Qu’est-ce qui va dans le sens de ma croissance? » J’écoute en moi pour distinguer le prioritaire du secondaire : la relation à mon conjoint, la mère que je suis, la formatrice PRH… tout cela, c’est du central en moi. J’ai donc à dire non à bien des invitations qui m’éloignent de mon essentiel malgré le goût que je peux en avoir. Je dis non à des joies immédiates pour un bonheur à plus long terme. Ce bonheur, c’est la satisfaction profonde et dense de mener ma vie au mieux selon ce que je découvre de qui je suis, selon ce qui me fait grandir.

M’intéresser à ce qui est là

Je m’intéresse aux nouvelles pousses de vie en moi. Je les cherche activement et j’apprends à développer mon flair pour les trouver. En moi sommeillent des germes de vie qui ne demandent qu’à éclore. J’ai la certitude que je suis faite pour de la nouveauté. Comment m’en approcher? Après tout, ces germes de vie poussent dans ma terre intérieure et recèlent du beau et du bon pour la Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn