Ne plus avoir peur du changement

En cette saison de renouveau, je fais le rêve de voir les femmes, les hommes aimer changer avec la radicalité et le dynamisme que provoque la poussée de la sève au printemps.

Un changement qui permettrait à l’homme de libérer ses forces positives insoupçonnées et de découvrir en lui le mouvement permanent de sa croissance.

pousse de bourgeonQuand on observe les êtres vivants, tous font l’effort de se réaliser selon leur nature profonde, dans une perspective de déploiement. Imaginons un instant que le gland ou la chenille ne soient pas habités de ce fantastique dynamisme de vie qui les pousse à se développer.

L’être humain ne fait pas exception à cette loi de transformation. Il est marqué au cœur de chacune de ses cellules par une génétique qui le prédispose à changer dans le sens de sa réalisation profonde et, inévitablement, le pousse à s’adapter aux changements inhérents à cet accomplissement.

L’adaptation au changement s’impose comme une respiration. C’est une clé pour favoriser l’accomplissement de toute personne. Il n’y a pas de progression individuelle sans changement personnel.

Tout comme la chenille, appelée à sortir du cocon, l’homme ne peut indéfiniment rester dans sa zone de confort. Il n’existe pas de vie linéaire dans laquelle ne surviendrait jamais aucun changement. Si l’individu résiste et se fixe à son cocon transitoire de manière définitive, il souffre, il étouffe. Son dynamisme de vie est entravé, voir détourné du but ultime auquel il se sent irrésistiblement appelé.

L’obstacle majeur au changement c’est la peur de l’inconnu. C’est ce passage inconfortable d’une situation connue et sécurisante, mais parfois trop petite, à une situation plus vaste, mais insécurisante parce qu’inconnue. Le choix du changement nous fait transiter par un stade chrysalide inconfortable et non abouti. Ni plus chenille, ni encore papillon, la personne ne sait plus véritablement qui elle est. Celui qui dit oui au changement pour un plus de vie passe par des peurs. La chenille se sent mourir là où le sage voit le papillon advenir.

Mourir à l’ancien pour naître au nouveau est un exercice qui nous sera demandé toute notre vie durant. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

40 ans de marche avec vous : Hommage aux porteurs d’espérance, aux bâtisseurs du quotidien

 

C’était un bonheur immense de se retrouver en si grand nombre pour fêter nos 40 ans de marche à PRH de 1975 à 2015. Fêter nos 40 ans de marche passait inévitablement par fêter, d’abord et avant tout, tous ceux et celles qui ont marché avec nous, à nos côtés, à travers toutes ces années.

PRH prend son origine d’un rêve, celui d’André Rochais : l’espérance d’un monde plus humain où chacun pourrait y exercer son rôle, à sa juste place, avec son potentiel unique, en dégageant ce qui l’entrave.

PRH prend son origine du rêve d’André, mais André n’était pas un rêveur! André était un homme bien enraciné dans le réel concret, il était un observateur des moindres éléments du réel, un chercheur du « véritable ». Il était loin d’être dans les nuages, ce porteur d’espérance! Chaque pas enraciné dans une lecture fidèle de la réalité au-dedans et au-dehors de lui. « Mon maître à penser, c’est le réel! », disait-il. Un mouvement constant, chez lui, de l’intuition à l’action. C’est ainsi qu’il a avancé et qu’il nous a légué les fondements d’un outil « très concret » pour marcher notre route de croissance.

Depuis 45 ans à l’international, et ici, depuis 40 ans à PRH Québec-Canada, nous avons avancé ainsi : fidèles à nos Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le changement : une traversée à vivre au pas-à-pas

Nous avons, tout au long de notre vie, à vivre des changements, qu’ils soient petits ou grands. Nous ne pouvons éviter pas dans le sablecela. Dès le sein maternel jusqu’à la fin de notre vie, nous sommes en changement continu. Ces changements arrivent parfois de l’extérieur, par des événements ou des situations : un nouvel emploi, l’arrivée d’un enfant, une séparation, un revenu moindre, une organisation différente, un deuil, la maladie, etc. Il y a également les changements qui viennent de l’intérieur de soi : un changement d’attitude, une nouvelle façon de se voir, une aspiration nouvelle qui se manifeste en soi, des forces ou des capacités nouvelles qui se déploient et me poussent vers autre chose. Bref, on peut dire sans se tromper : notre vie est en éternel changement…

Tous ces changements, que j’ai à vivre, peuvent être constructeurs de ma personne. Ils peuvent me permettre d’avancer, d’évoluer, me conduire à innover, à changer pour du meilleur. Mais ils peuvent également me garder Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn