Surprises d’un moment d’arrêt estival…

Je sens mon corps détendu, réceptif.

Je me sens bien dans toute cette verdure, dans l’abondance de fleurs.

J’admire toute cette beauté que ce petit jardin généreux me donne de goûter.

Les rosiers, si pleins de fleurs, les clématites, les fiers delphiniums, toutes les autres espèces en profusion…

La bonne odeur du lilas japonais; je me régale.

L’oiseau qui fait entendre son chant; joie légère.

Je me sens choyée et reconnaissante de goûter toute cette vie.

Je me sens connectée à elle.

Une vivante parmi les vivants.

 

Je suis au calme.

Au grand air.

Mon corps respire.

Une bonne brise m’enveloppe.

Le souffle léger du vent sur mon visage m’est agréable.

 

Puis, un souffle un peu plus fort…

Je le sens venu de loin, venu du vaste monde.

Effleurant d’autres humains au passage avant d’arriver à moi.

Il me fait entrer en contact avec eux.

Par lui, je me sens reliée à ces humains du vaste monde.

Une humaine parmi les humains du monde.

 

Je me sens élargie, connectée, en fraternité.

Vivante.

J’appartiens au vivant, j’appartiens à l’humanité du monde.

 

Claudie Saint-Roch, formatrice PRH

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn