Connaître ma capacité d’aimer et de me laisser aimer, moi, un être d’amour!

Depuis que je suis toute petite, j’entends parler de l’importance d’aimer de manière libre : aimer son prochain inconditionnellement, ne pas attendre de retour lorsqu’on aime, etc. Mais est-ce si facile d’aimer? Qu’est-ce que ça prend pour que s’opère une circulation fluide de l’amour qu’il y a dans notre cœur? Voilà des questions que je me suis posées, car j’aspirais à vivre l’amour de manière libre et satisfaisante, mais je n’y arrivais pas toujours, ni avec tout le monde.

roseDans mon éducation, j’ai vite saisi que, pour être aimée, il fallait être aimable, polie, serviable, gentille et répondre aux attentes des autres afin de ressentir un peu d’estime de leur part. J’avais besoin d’être importante, d’avoir de la valeur, enfin d’être quelqu’un à leurs yeux.

J’en ai donc fait des pirouettes pour Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Finalement… j’apporte à la collectivité!

Apporter à ma collectivité… En entendant cette expression, je pourrais être portée à croire que cela sous-entend beaucoup d’engagement, de don de soi, de temps investi et de grandes réalisations. Erreur! Apporter à ma collectivitéCercle de personnes n’englobe pas uniquement cela. Cela peut s’entendre beaucoup plus largement. Apporter à ma collectivité peut être fait de toutes petites choses, que je peux parfois même être tentée de qualifier de « détails », d’éléments « pas importants », mais qui, en réalité, peuvent contribuer à un changement qui fait une différence.

Apporter à ma collectivité, comment je fais alors?

D’abord, j’apprends à voir la collectivité dans un sens plus près de moi : ma famille, mon milieu de travail, mes amis, mes cercles sociaux…, là donc où je me trouve en relation directe avec des personnes. Il n’est pas nécessaire de m’impliquer en politique municipale pour sentir que j’apporte à ma collectivité! Je peux le faire tout près de moi : simplement en appelant une belle-sœur pour m’informer d’elle, en souhaitant bonne fête à une compagne de travail, en disant bonne chance à une nièce qui participe à une compétition, en apportant ma part active dans une réunion de travail.

Puis, j’apprends à me faire chercheuse de ce que j’apporte autour de moi. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn