On ne compare pas des pommes avec des oranges

Vous est-il arrivé, devant la rapidité d’exécution d’une personne, de vous trouver lent? Ou encore, en présence de quelqu’un qui exprime sa passion pour son travail, un hobby, de trouver ordinaire la valeur de votre quotidien ou de votre vie? Si oui, vous êtes tombé dans le piège de la comparaison en vous dévalorisant, en mésestimant ce que vous êtes au lieu de reconnaitre ce qui vous caractérise comme personne. Cependant, comme le dit ce proverbe québécois rempli de sagesse : « On ne compare pas des pommes avec des oranges ».

Si je prends la pomme avec sa pelure lisse, sa couleur rouge ou verte, sa saveur sucrée ou surette, c’est l’ensemble de ses caractéristiques qui la rendent unique. Tandis que l’orange est juteuse, sa pelure moelleuse, elle est facile à peler, etc. Wow! Qu’elles sont belles l’unicité et la diversité de chaque fruit!

Alors, d’où peut provenir cette manière de juger de ma valeur, ce que je suis, en me comparant de façon injuste?

Depuis que je suis formatrice PRH, j’observe que ce piège de se comparer en se dévalorisant, en minimisant ou en survalorisant un aspect de soi face à quelqu’un est fréquent et même tenace. Parmi certaines causes de ce fonctionnement, nous observons une difficulté à nous référer aux forces et aux qualités qui constituent notre identité. Il pourrait s’agir aussi, par exemple, d’une expérience passée où on a pu être comparé à un frère, à une sœur en survalorisant un aspect positif qui pouvait plaire au parent ou à l’éducateur (« Il est super travaillant! », « C’est facile avec lui! Il est tellement calme! », etc.) ou en dénigrant un comportement (« Il pense juste à jouer! Il ne reste pas tranquille une minute! », etc.). Une image négative ou survalorisée de soi s’est installée et provoque, aujourd’hui, ce dysfonctionnement de la comparaison.

Et si on cessait de se comparer! Tout comme pour un fruit qui a ses aspects uniques, est-ce que je peux nommer les qualités manuelles, intellectuelles, affectives, artistiques ou autres qui me caractérisent dans les différents secteurs de ma vie?

Pour vous aider à faire l’exercice suivant, je vous propose d’utiliser le symbole de la pomme ci-dessous :

  • Je choisis une activité qui me procure du bonheur et je la note.
  • Quelles sont les qualités que je mets en action dans cette activité? Je les inscris au centre du fruit.

Vous désirez poursuivre l’expérience de « l’auto-cueillette » des caractéristiques de votre identité? Je vous propose la formation « Qui suis-je? ».

Martine Préville, formatrice PRH

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

L’étoile que je suis…

« Les étoiles sontCiel étoilé éclairées pour que chacun puisse un jour retrouver la sienne. » (Extrait du livre : « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry.)

Cette phrase fait écho en moi et me place dans un état d’arrêt. Elle m’alimente. Elle fait lumière. Elle crée en moi de l’espérance et m’ouvre à la recherche de ma propre étoile.

Cela veut dire quoi pour moi, trouver ma propre étoile?

À première vue, c’est me retrouver, me découvrir, c’est aller vers le sens de ma vie. Quand je m’arrête, c’est plus encore : c’est devenir l’étoile que je suis, illuminée, vraie, solide, libre. J’ai la sensation que chaque personne est une étoile et qu’elle est habitée de façon consciente ou non d’une recherche de son identité, de sa source lumineuse unique.

Comment trouver sa propre étoile?

Si je me réfère à mon expérience et à mon observation des personnes qui ont trouvé leur étoile, un travail d’introspection s’impose pour apprivoiser notre monde intérieur. Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Posons un geste d’amour vrai envers ces hommes de cœur présents dans nos vies!

Le 19 novembre, c’est la Journée internationale de l’homme. En visitant le site de Wikipédia, j’ai été Journée mondialeparticulièrement touchée par l’un des six objectifs de cette journée qui est de célébrer les contributions positives des hommes à la société, à la communauté, à la famille, au couple, aux soins des enfants et à l’environnement.

Cet objectif vient me rejoindre dans l’une des visées offerte à PRH : aider chaque personne à identifier les aspects positifs de son identité et à les mettre en action là où elle est insérée en société. Je me suis rappelée ces propos d’André Rochais, fondateur de PRH :

« …Nous dormons sur des trésors, sur des puits d’énergie, sur un volcan de créativité, sur des réserves incroyables d’amour vrai. Tout est là, en ce sous-sol de l’Humanité, en ce sous-sol intérieur des hommes et des femmes de cette planète. Tout est là pour forger un monde plus humain, ou plutôt le maillon d’aujourd’hui que nous transmettrons à la génération d’après… »

En cette journée internationale, les hommes de cette planète prennent Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

MA CROISSANCE AU-DELÀ DES MOMENTS DIFFICILES DANS MA VIE

Lorsque je pose mon regard sur mon cheminement ainsi que sur celui des personnes qui viennent me rencontrer en relation d’aide, je constate que, pour la plupart d’entre nous, le déclencheur initial qui nous dirige vers une ressource est un état d’urgence ou une situation douloureuse. Cet état de malaise nous porte à consulter, dans un premier temps, pour résoudre la situation de crise afin de retrouver un équilibre et du confort dans ce que nous vivons. Mais, qu’en est-il de « l’après-crise »?

Pour certains, la manière d’avancer se fera de façon ponctuelle selon les difficultés rencontrées ou lorsqu’une nouvelle crise se manifestera dans leur vie. Ils avancent au gré des urgences ou des feux qu’ils ont besoin d’éteindre et cela leur permet d’explorer leur vécu personnel, de faire des prises de conscience précieuses et d’apporter des ajustements importants dans leur manière d’être et de vivre. C’est le cas de Marjorie qui m’a dit un jour : « Je me demande si j’ai associé ma démarche de croissance uniquement aux problèmes que je vis ou à mes états de tristesse. Est-ce que la croissance se résume à me sortir de mes creux jusqu’à la prochaine embûche? Quels sont mes réels espoirs de croissance? » Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un outil pour des chercheurs de minerai précieux en eux : l’analyse PRH!

Je garde un vivant souvenir du récit de mon beau-père racontant, à l’occasion d’un temps de vacances, les péripéties de son métier de mineur, exercé durant 24 ans à la mine d’amiante de Black Lake. Il décrivait, dans un langage coloré, les méthodes de recherche des prospecteurs pour repérer les gisements, la manière dont s’élaboraient les chantiers de forage, la profondeur des gisements pouvant atteindre jusqu’à 5000 pieds dans le sol, les techniques d’extraction du minerai et de son exploitation, etc. J’étais émerveillée par la volubilité de ses propos décrivant la spécificité du minerai et sa beauté, par sa passion si vivante pour son métier, précieux héritage de son père, par la sensation de fierté et de bonheur dont il était tout habité à travers son récit… Plus je l’écoutais, plus je me surprenais à découvrir des parentés entre son travail et le mien… entre son expérience « d’explorateur du sol » et la mienne, celle « d’exploratrice du sol humain » intérieur à chaque personne, dont la richesse demeure encore bien méconnue.

Un outil de forage : l’analyse PRH

Comment arriver à découvrir un minerai, l’atteindre, l’extraire du sol, l’exploiter pour en faire multiples usages bénéfiques pour notre vie en société, sans le travail nécessaire du forage? Comment rejoindre ce minerai dans des Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn