Accéder à ma joie par le chemin de mes engagements

Dans notre parcours de vie, il arrive un moment où nous ressentons vraiment que notre capital d’énergie a des contours. Nous pressentons alors, sans trop vouloir y consentir, que nous commençons à frôler nos limites d’énergie et, tant mieux si ce n’est pas par la maladie, que nous acceptons de nous rendre à ce réel.

En êtes-vous à ressentir que votre temps est précieux ? À trouver que les heures de la journée semblent filer plus vite qu’avant ? Que les mois et les jours sont trop courts ? Que les années passent trop vite ?

Plusieurs hypothèses montent en moi :

  • Les demandes qui vous sont faites sont-elles trop nombreuses ?
  • Les types de demandes vous questionnent-ils sur la pertinence d’avoir à y répondre vous-même ?
  • Les énergies que cela va entraîner dépassent-elles vos capacités ?
  • Une satisfaction ou une insatisfaction s’installe en vous parce que l’agir va dans le sens de vos forces profondes ou non ?
  • Vous aimeriez dépenser vos énergies à faire autre chose ?
  • Vous tirez trop souvent sur des énergies qui ne sont pas disponibles?
  • Etc.

Chercher à distinguer ce que j’ai à privilégier pour ma vie aujourd’hui peut répondre à un besoin de clarté. Il se peut que je vive des agirs qui me permettent de gagner ma vie avec confort et aisance, d’autres qui me permettent de me déployer en incarnant mes dons naturels. Il y a aussi des agirs que je peux vivre avec la sensation d’un chemin intérieur qui se dit au fur et à mesure que j’avance. Je continue parce que cela me permet de me sentir sur ma route de bonheur.

Si je m’intériorise, je reconnais que je ressens un appel intérieur. Il me monte quelques exemples : une maman qui accueille un enfant dont la mère ne peut prendre soin et qui lui donne une place dans sa famille, elle l’adopte en son cœur ; un sportif qui a du succès et qui décide de créer une fondation en aménageant un autobus d’objets sportifs pour se promener d’école en école et, ainsi, faire vivre des expériences de jeux à des enfants ; un artiste qui réussit bien et qui s’intéresse aux gens de la rue… Cela est donné comme une force intérieure qui engage et oriente des actions en vue d’apporter ma contribution à la société.

Vous donner une plage de temps avec d’autres pour reconnaître, dans les diverses actions que vous posez, ce qui est en correspondance avec qui vous êtes vraiment, est un cadeau que vous aurez peut-être le goût de vous offrir.

À ceux et celles qui se sentent interpelés par cette démarche, je vous invite à la formation : « Mes priorités d’engagement : Agir prioritaire, agir essentiel et mission personnelle » qui aura lieu les 30 septembre et 1er octobre, ainsi que les 27, 28 et 29 octobre 2017.

Pierrette Pepin, formatrice PRH

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Devenir jardinier, jardinière de ma vie

J’aime bien ma vie. Je la sens dense et forte, tenace et courageuse, pleine d’énergie. Elle et moi, on est liées, et ce, depuis le premier jour.

Mais comment en prendre soin et ne pas l’abandonner au gré des situations et des évènements que je vis? Non, elle mérite mieux que ça. J’ai le goût de lui donner de bonnes conditions pour qu’elle grandisse bellement. Outils jardinierMais à quoi prendre soin de ma vie, cultiver mon jardin intérieur peut bien ressembler dans le concret?

Des choix à faire

Je ne peux laisser tout pousser au hasard. J’ai des choix à faire qui ne sont pas nécessairement faciles. J’ai besoin de m’arrêter et de me poser la question : « Qu’est-ce qui va dans le sens de ma croissance? » J’écoute en moi pour distinguer le prioritaire du secondaire : la relation à mon conjoint, la mère que je suis, la formatrice PRH… tout cela, c’est du central en moi. J’ai donc à dire non à bien des invitations qui m’éloignent de mon essentiel malgré le goût que je peux en avoir. Je dis non à des joies immédiates pour un bonheur à plus long terme. Ce bonheur, c’est la satisfaction profonde et dense de mener ma vie au mieux selon ce que je découvre de qui je suis, selon ce qui me fait grandir.

M’intéresser à ce qui est là

Je m’intéresse aux nouvelles pousses de vie en moi. Je les cherche activement et j’apprends à développer mon flair pour les trouver. En moi sommeillent des germes de vie qui ne demandent qu’à éclore. J’ai la certitude que je suis faite pour de la nouveauté. Comment m’en approcher? Après tout, ces germes de vie poussent dans ma terre intérieure et recèlent du beau et du bon pour la Lire la suite

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn