Me brancher sur du solide en moi pour rester en équilibre!

Dans des conversations avec les gens autour de moi, j’entends régulièrement ces expressions : « J’ai besoin de me connecter, de me vivre ‘’groundé’’, « La vie va trop vite, je n’ai même plus le temps de décider ce qui me va et ce qui ne me va plus; j’avance par automatisme, par obligation de ceci, de cela… » Et, une question m’est souvent posée : « Mais comment fait-on pour se connecter à soi? »

Nous avons tous, ou presque, une connexion Wifi pour nous tenir au courant de ce qui se passe dans le monde, pour être en lien avec les personnes plus éloignées, connaître les dernières nouvelles de l’actualité, être au parfum des dernières recherches sur la santé, les dernières statistiques des sujets qui nous intéressent, etc.

Y a-t-il possibilité de se connecter avec la même assiduité à notre vie intérieure?

Je vous partage l’image qui me vient en lien avec « une connexion WIFI à son monde intérieur » :

Wow             Développer l’émerveillement de qui je suis, de mes forces, de mes valeurs, mes beautés intérieures…

Identité          Découvrir l’ensemble des traits de mon identité, de mes richesses d’être (celles qui me différencient des autres personnes), trouver mon unicité.

Fidélité à soi  Attitude intérieure consistant à prendre des décisions et à poser des actes en accord avec mon être, avec moi-même.

Infini              Je n’ai jamais fini de découvrir mes forces et de déployer ce capital de richesses en moi. C’est un lieu en moi où je peux toujours revenir pour y rétablir mon équilibre.

Pour répondre à la préoccupation des gens « Comment fait-on pour rester connecté(e) à soi? », j’ai quelques pistes à proposer pour assurer une meilleure connexion WIFI à son monde intérieur.

Certaines attitudes fondamentales :

  • vouloir se connaître soi-même;
  • s’ouvrir à son monde intérieur;
  • avoir le goût de se vivre en vérité avec soi-même : être en recherche de cette vérité et vouloir se vivre à partir d’elle;
  • faire grandir l’humilité pour se voir tel(le) qu’on est (le beau comme le moins beau);
  • être déterminé(e) à progresser.

Et des moyens pour progresser :

  • s’entourer de personnes vitalisantes qui stimulent notre vie, qui croient en nous;
  • être à l’écoute de soi, être fidèle à ses élans intérieurs, ses intuitions, ce qui alimente notre bonheur;
  • prendre du temps pour soi afin de goûter à la vie qui bouillonne à l’intérieur;
  • prendre au sérieux ce qui entrave sa vie et tenter d’en comprendre la cause en soi pour se vivre plus librement;
  • faire la clarté sur soi par l’analyse écrite;
  • se faire accompagner, au besoin, pour avancer avec lucidité dans ses démarches.

Je suis convaincue d’une chose : « Oui, c’est possible de garder son équilibre dans notre monde d’aujourd’hui, malgré toutes les sollicitations de l’extérieur! » Pour cela, il est très aidant de découvrir ce lieu de solidité en soi sur lequel on peut s’appuyer, auquel on peut se référer et se brancher en tout temps.

À PRH, la formation Qui suis-je? est un bon moyen pour découvrir cette solidité en soi.

Placer ses atouts aux bons endroits sur le fil de sa vie.Et vous… comment gardez-vous l’équilibre dans votre quotidien?

Lorraine Roy, formatrice PRH

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

On ne compare pas des pommes avec des oranges

Vous est-il arrivé, devant la rapidité d’exécution d’une personne, de vous trouver lent? Ou encore, en présence de quelqu’un qui exprime sa passion pour son travail, un hobby, de trouver ordinaire la valeur de votre quotidien ou de votre vie? Si oui, vous êtes tombé dans le piège de la comparaison en vous dévalorisant, en mésestimant ce que vous êtes au lieu de reconnaitre ce qui vous caractérise comme personne. Cependant, comme le dit ce proverbe québécois rempli de sagesse : « On ne compare pas des pommes avec des oranges ».

Si je prends la pomme avec sa pelure lisse, sa couleur rouge ou verte, sa saveur sucrée ou surette, c’est l’ensemble de ses caractéristiques qui la rendent unique. Tandis que l’orange est juteuse, sa pelure moelleuse, elle est facile à peler, etc. Wow! Qu’elles sont belles l’unicité et la diversité de chaque fruit!

Alors, d’où peut provenir cette manière de juger de ma valeur, ce que je suis, en me comparant de façon injuste?

Depuis que je suis formatrice PRH, j’observe que ce piège de se comparer en se dévalorisant, en minimisant ou en survalorisant un aspect de soi face à quelqu’un est fréquent et même tenace. Parmi certaines causes de ce fonctionnement, nous observons une difficulté à nous référer aux forces et aux qualités qui constituent notre identité. Il pourrait s’agir aussi, par exemple, d’une expérience passée où on a pu être comparé à un frère, à une sœur en survalorisant un aspect positif qui pouvait plaire au parent ou à l’éducateur (« Il est super travaillant! », « C’est facile avec lui! Il est tellement calme! », etc.) ou en dénigrant un comportement (« Il pense juste à jouer! Il ne reste pas tranquille une minute! », etc.). Une image négative ou survalorisée de soi s’est installée et provoque, aujourd’hui, ce dysfonctionnement de la comparaison.

Et si on cessait de se comparer! Tout comme pour un fruit qui a ses aspects uniques, est-ce que je peux nommer les qualités manuelles, intellectuelles, affectives, artistiques ou autres qui me caractérisent dans les différents secteurs de ma vie?

Pour vous aider à faire l’exercice suivant, je vous propose d’utiliser le symbole de la pomme ci-dessous :

  • Je choisis une activité qui me procure du bonheur et je la note.
  • Quelles sont les qualités que je mets en action dans cette activité? Je les inscris au centre du fruit.

Vous désirez poursuivre l’expérience de « l’auto-cueillette » des caractéristiques de votre identité? Je vous propose la formation « Qui suis-je? ».

Martine Préville, formatrice PRH

Partagez ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn